Maintien/Retour dans l'emploi

 

 

Le maintien dans la dynamique professionnelle est un atout pour le salarié car il signifie continuer à avoir une place active dans le champ social et se projeter dans un avenir possible.

Pour maintenir le salarié dans l’emploi, plusieurs outils existent et doivent être utilisés :

  1. Le temps partiel thérapeutique permet une reprise progressive des activités professionnelles. Il peut également servir de test pour évaluer les capacités de travail de la personne. Il doit être proposé fréquemment et nécessite l’accord de l’employeur.
  2. Le contrat de rééducation chez l’employeur permet au malade dont le poste a évolué durant son absence (évolution technologique, informatisation …) de bénéficier d’une formation professionnelle associée à une reprise progressive de son activité professionnelle.
  3. Une mise en invalidité 1ère ou 2ème catégorie de la sécurité sociale peut être envisagée et mise en place avec le médecin traitant et le médecin conseil lorsque la reprise du travail à temps plein à l’issue d’une reprise à temps partiel thérapeutique ou immédiatement s’avère impossible. L’obtention d’une invalidité, notamment de 1ère catégorie, permet au salarié en fonction des possibilités de l’entreprise de poursuivre son activité  professionnelle tout en diminuant son temps de travail, lorsque les droits au temps partiel thérapeutique sont épuisés. La mise en invalidité est également une protection contre une discrimination éventuelle liée à son handicap.
  4. Une reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé peut favoriser le maintien dans l’emploi des personnes atteintes de maladies chroniques  afin de mobiliser les outils nécessaires : CAP emploi, cellule de maintien dans l’emploi … (une invalidité 1ère ou 2èmecatégorie de la sécurité sociale ou d’une reconnaissance en maladie professionnelle avec une IPP > 10% ouvrent les mêmes droits et représentent une équivalence du statut de travailleur handicapé). Une fois le dossier déposé auprès de la maison du handicap avec l’accord du salarié, la reconnaissance de travailleur handicapé prend en moyenne six mois. La reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé est également une protection contre une discrimination éventuelle liée à son handicap.
  5. Lorsqu’une reconversion professionnelle s’avère nécessaire, un bilan de compétences pourra aider le malade à définir un projet professionnel. Ces différentes démarches seront facilitées par des organismes comme CAP Emploi.

Rupture de l'isolement

Pour rompre l’isolement dû aux maladies chroniques, qui nous touchent tous de près ou de loin, il faut d’abord en connaître les conséquences et les effets de ces dernières et lever les tabous qui l’entourent.

Les maladies chroniques nécessitent  une prise en charge régulière qui entraîne une très grande fatigue, et des émotions chez le salarié malade. Ces états peuvent être mal perçus dans le monde du travail, par essence liée à la productivité,  car ils sont difficiles à mesurer et à évaluer.

Faire parler les salariés de leurs problèmes de santé est un des enjeux majeurs de Cap Santé Entreprise dans un intérêt  partagé par tous (salarié atteint, entourage, entreprise).

Plateforme téléphonique

Elle est destinée à accompagner les salariés ayant suivi des formations et souhaitant des compléments d’informations. Notamment dans le cas où un membre de l’équipe annoncerait sa maladie.

Cette plateforme peut également servir aux salariés souhaitant des conseils pour annoncer leur maladie soit à leur(s) collègue(s), soit à leur hiérarchie.

La permanence dans les locaux

Organisation d’une permanence  d’information et de documentation pluri-associatives (à définir suivant la taille de l’entreprise).

Cette permanence est destinée à l’ensemble des salariés souhaitant avoir pour eux-mêmes ou pour des proches des contacts dans le monde associatif pour leur permettre de compléter leur besoin d’information sur la maladie.

La formation des managers

Formation pour les managers sur la maladie dans le cadre de l’entreprise :

  • Comprendre les émotions ressenties par un salarié malade,
  • Comprendre les réactions du salarié,
  • Savoir gérer les attentes et les besoins du salarié malade,
  • Comprendre ce que cela implique au niveau de l’équipe de travail, des collègues,
  • Savoir gérer une équipe affaiblie « touchée » par un collègue malade.

(Cette formation est effectuée par des intervenants formés par des Dr en psychologie des organisations et en psychologie de la santé) 

La prévention et la sensibilisation

La prévention des comportements à risque est un élément essentiel  pour la santé  et le bien-être des personnes.

IL existe plusieurs facteurs de risque (sédentarité, obésité, hypertension, tabac, alcool, etc…). La combinaison de facteurs de risque peut entrainer une détérioration importante de la santé. Chez les salariés qui les cumulent on constate une augmentation de 50% du taux d’absentéisme.

Il est donc important d’effectuer de la prévention sur ces comportements et  sur des thèmes choisis avec l’entreprise (soleil, sommeil, addictions, équilibre alimentaire, activité physique, etc…).